« Les lieux de l’acte : analyses spatiales et spatiographiques des sources diplomatiques », Université de Namur, 10-11 octobre 2024

Le réseau Diplo21 organise des rencontres scientifiques visant à offrir un espace de dialogue et de débat indépendant des traditions historiographiques nationales à de jeunes chercheur·ses consacrant leurs travaux à la diplomatique et aux pratiques de l’écrit de l’Europe médiévale. Le premier thème retenu est celui des « Lieux de l’acte ». Il s’agira notamment de montrer que la diplomatique participe au spatial turn pris par les sciences humaines et sociales depuis les années 1970-1980.

Trois axes de recherche sont proposés. Il s’agira d’abord de s’intéresser aux logiques spatiales de l’élaboration des actes, en s’intéressant à la géographie des chancelleries, bureaux d’écriture ou greffe, mais aussi en analysant les dates de lieu des chartes, et ce qu’elles peuvent révéler des négociations entre les autorités et les bénéficiaires des actes, ainsi qu’en interrogeant l’existence d’un « marché de l’acte » (axe n° 1). L’attention pourra aussi porter sur la manière dont les sources diplomatiques permettent de révéler les perceptions que leurs rédacteurs ou leurs bénéficiaires se faisaient de l’espace, par l’étude des confronts, par celle du vocabulaire spatial, voire territorial, ou encore par celle des éventuelles logiques topographiques guidant en leur sein l’ordre des biens, droits et revenus (axe n° 2). Enfin, les participant·es seront invités à considérer les actes eux-mêmes comme des lieux et à interroger la place des symboles graphiques vis-à-vis du texte, la manière dont celle-ci est rendue ou négligée lors de la copie des actes notamment dans les cartulaires et les moyens actuels à leur disposition pour modéliser l’espace des chartes (axe n° 3).

Pour la version en allemand de l’appel à communication / Für die deutsche Fassung des Call for Papers : https://diplo21.hypotheses.org/461.

Pour la version en anglais de l’appel à communication / For the English version of the call for papers : https://diplo21.hypotheses.org/416.

Pour la version en italien de l’appel à communication / per la versione in italiano del Call for papers : https://diplo21.hypotheses.org/517

Axe n° 1 : Spatialiser le processus d’élaboration des actes

a) Un tel sujet pose d’abord la question, assez classique en diplomatique, des lieux où les actes, chartes et diplômes, publics ou privés, furent élaborés : chancelleries, bureaux d’écriture et greffes. L’intérêt porte alors sur le personnel qui y travaillait, sur l’organisation et le fonctionnement de ces institutions, sur les formulaires qui s’y appliquaient et sur la manière dont ils évoluaient. La question de la rédaction par les bénéficiaires amène à considérer d’autres lieux et, en particulier, les scriptoria des monastères et collégiales. Les participant·es sont invité·es à prendre en considération la géographie de ces lieux d’élaboration des actes, à l’échelle d’un royaume mais aussi à celle bien plus locale. Se pose également la question de la circulation des formules et formulaires entre institutions, d’un lieu d’élaboration de l’acte à un autre. L’analyse des réseaux et les possibilités offertes par les humanités numériques et, en particulier, par les systèmes d’information géographique permettent de renouveler le questionnement.

b) Les eschatocoles des chartes comportent parfois des « dates de lieu » (Actum Atrebati, Datum apud Pruvinum…). Celles-ci ont souvent été utilisées par les historien·nes pour retracer les itinéraires des rois et des princes, ce qui a permis de mieux comprendre leurs pratiques de gouvernement et d’administration, tant à l’époque carolingienne qu’à la fin du Moyen Âge[1]. La formulation de ces dates de lieu a déjà fait l’objet d’études, qui se sont intéressées à leurs variations, chronologiques et régionales[2]. Les diplomatistes se sont aussi déjà demandé s’il s’agissait de noter le lieu de l’approbation royale ou princière des actions juridiques ou bien le lieu de rédaction ou de remise des documents – ce fut l’objet d’un débat entre Ferdinand Lot et Léon Levillain. Plus récemment, Jean Dufour a émis l’hypothèse d’une différence entre « l’approbation royale donnée à l’acte juridique (actum) et la délivrance de l’acte écrit (datum)[3] ». Les dates de lieu, plus ou moins développées et précises, gardent la mémoire des localités et, à l’intérieur de celles-ci, des bâtiments ou des endroits bien spécifiques dans lesquels les actions juridiques se sont déroulées et ont été mises par écrit ou dans lesquels les chartes ont été données à leurs bénéficiaires. Ces dates de lieux témoignent, dès lors, des logiques spatiales ayant conditionné l’élaboration des chartes et, en particulier, des logiques propres aux bénéficiaires qui choisirent de venir en tel lieu plutôt qu’en tel autre pour solliciter la rédaction des documents ou pour se les faire remettre[4]. Tout en tenant compte de la dimension symbolique du choix de certains lieux, il importe aussi de prendre en compte d’autres raisons, plus prosaïques, dont certaines sont spatiales ou circonstancielles : la fréquence ou la rareté du séjour d’un roi ou d’un prince dans tel lieu, l’origine géographique des bénéficiaires, l’implantation de leur temporel, l’urgence ou non de leur petitio, la nature de l’acte demandé…

D’autres parties du discours diplomatique (exposé, dispositif, mentions hors teneur…) peuvent par ailleurs contenir des informations sur les lieux dans lesquels les transactions ont été négociées ou conclues, les actes rédigés puis remis à leurs bénéficiaires, au cours on non d’une cérémonie diplomatique. Les chartes-notices offrent même parfois des récits, qui mettent en avant des lieux et renseignent sur le « parcours de l’acte », des premières négociations entre les parties à la remise de la charte.

c) Certaines transactions sont mises par écrit devant un notaire public ou un tabellion. Le recours à ces professionnels de l’écrit amène à s’interroger sur l’existence d’un « marché de l’acte au Moyen Âge » et à réfléchir à son organisation spatiale : en 1395, par exemple, les habitants de Bar-sur-Aube préférèrent aller à la Ferté-sur-Aube, localité sise à une vingtaine de kilomètres, pour faire rédiger un contrat, parce qu’ils trouvaient que le tabellion de leur ville était trop cher[5]. Là encore, il s’agit de mesurer comment les analyses de réseaux et le traitement des informations par les SIG permettent de renouveler la compréhension de ces « marchés de l’acte », présents et structurés à plusieurs échelles.

Axe n° 2 : Les sources diplomatiques et la (re)construction de l’espace

a) Dans les actes de la pratique, les scribes et notaires doivent souvent décrire des terres et d’autres biens immobiliers. Il leur faut alors savoir « mesurer les terres[6] » et avoir « le sens des limites[7] ». L’étude des confronts peut ainsi être menée, d’autant qu’elle peut être renouvelée par l’apport des humanités numériques. Le traitement informatisé des confronts a d’ailleurs déjà été abordé par les spécialistes des cadastres urbains médiévaux[8]. En plus de l’étude de ces formules et de leur vocabulaire technique, il s’agit d’appréhender comment les sources diplomatiques participent à la construction de l’espace et témoignent de la perception de celui-ci, de sa mise en ordre, voire même de sa reconstruction en fonction de l’intérêt des autorités ou des bénéficiaires.

b) L’ordre des biens, droits et revenus dans les privilèges ou chartes récapitulatives et confirmatives du temporel des églises, de même que le classement des actes dans certains cartulaires peuvent répondre à des logiques topographiques (par diocèses, archidiaconés, granges, villes…) et correspondre à un « espace vécu[9] » (itinéraires de perception de cens ou de visites épiscopales…) ou bien à une « géographie mentale[10] » propre à chaque rédacteur, cartulariste ou institution[11].

c) Enfin, les toponymes cités dans les actes peuvent être utilisés par les chercheur·ses qui veulent spatialiser des phénomènes socio-politiques ou culturels : par exemple, celles et ceux qui étudient l’émergence de « territoires[12] », « espace de projection d’une institution » (Max Weber), ecclésiastique ou laïque ; de même, il a été tenté de mettre en relation les centres de production d’actes et les édifices dits « romans[13] ». Les participant·es pourront à ce titre s’intéresser à l’évolution du vocabulaire de l’espace dans les actes et se demander si, en la matière, les sources diplomatiques présentent des spécificités vis-à-vis d’autres types de sources médiévales. À la suite d’autres chercheur·ses, les participant·es pourront enfin se demander si certaines évolutions diplomatiques ou documentaires ne traduisent pas des évolutions de la dimension spatiale du dominium et, plus largement, de la perception et de la représentation de l’espace au Moyen Âge[14].

Axe n° 3 : Les actes analysés comme des espaces

a) Les chartes médiévales sont dotées d’un certain nombre de symboles graphiques, participant à leur validation : chrismes, croix de souscriptions, monogrammes, rota, légendes chirographaires, seings manuels, etc. Ceux-ci ont attiré l’attention des chercheur·ses[15]. La peau de parchemin sur laquelle la charte est rédigée peut alors être considérée comme le lieu où ces signes sont représentés : leur taille, leur forme et l’évolution de celles-ci, mais surtout leur emplacement sur la peau de parchemin peuvent fait l’objet d’analyses et de comparaisons.

b) Lors de la réalisation de pseudo-originaux ou de cartulaires, les signes graphiques que portent les originaux peuvent être reproduits ou imités. Or, la manière dont ils le sont, avec plus ou moins de soin, avec modification ou non, ainsi que leur emplacement sur le pseudo-original ou dans le cartulaire peuvent révéler certaines des intentions des faussaires et des cartularistes[16]. Il faut aussi se poser la question des compétences nécessaires à ces copistes pour imiter des symboles graphiques plus ou moins complexes.

c) Les participant·es seront enfin invité·es à réfléchir à des représentations et modélisations graphiques de l’espace des chartes et des cartulaires. Ils pourront ainsi s’inspirer de la chorématique, mise en place par des géographes afin d’arriver à des modélisations spatiales[17], pour réfléchir à une méthode comparable qui permettrait de modéliser l’espace des sources diplomatiques et ainsi faire émerger de nouvelles typologies documentaires par l’examen de la disposition entre le texte, dont il ne faudra pas négliger la mise en forme (premières lignes en capitales ou non, éventuelles listes des témoins disposées en colonne ou en ligne, le traitement de certaines majuscules…), et les symboles graphiques ci-avant évoqués.

Modalités de soumission

L’appel s’adresse en priorité aux jeunes chercheur·ses consacrant leurs travaux à la diplomatique et aux pratiques de l’écrit de l’Europe médiévale. Les communications, d’une durée maximale de vingt-cinq minutes, seront suivies d’un temps de discussion. Les propositions de communication pourront être rédigées en allemand, anglais, français et italien. Elles feront entre 3 000 et 4 000 caractères (espaces compris) et devront préciser dans quel(s) axe(s) du présent appel elles s’inscrivent. Elles seront accompagnées d’une courte biographie indiquant affiliations et dernières publications (10-15 lignes), suivie des coordonnées des chercheur·ses. Ces documents devront être envoyés avant le 12 avril 2024 à l’adresse suivante : contact.diplo21@gmail.com.

Comité d’organisation

Hannes Engl (Aachen), Thomas Lacomme (Université de Namur, FNRS), Émilie Mineo (Université du Luxembourg), Robin Moens (RWTH Aachen University, Université de Namur), Nicolas Ruffini-Ronzani (Université de Namur, Archives de l’État) et Timothy Salemme (Université du Luxembourg), pour le réseau Diplo 21 : https://diplo21.hypotheses.org/.

À propos du colloque

Le colloque aura lieu les 10 et 11 octobre 2024, à l’Université de Namur. Langues acceptées pour les communications : allemand, anglais, français et italien. Prise en charge probable des frais de transport et d’hébergement des participants.


[1] La bibliographie étant considérable sur ce sujet, nous nous contenterons de renvoyer à Martin Gravel, « Déplacements et immobilités des souverains carolingiens. De l’Empire au royaume de Francie occidentale », dans Le gouvernement et le déplacement. Pouvoir et mobilité de l’Antiquité à nos jours, dir. Sylvain Destephen, Josiane Barbier et François Chausson, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2019, p. 213-234, ainsi qu’à L’itinérance de la cour en France et en Europe : Moyen Âge-XIXe siècle, dir. Boris Bove, Alain Salamagne, Caroline Zum Kolk, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2021.

[2] Chantal Senséby, « La “date de lieu” et ses variations du Xe au XIIe siècle en Anjou et en Touraine », dans La formule au Moyen Âge [III], éd. Olivier Simonin et Caroline de Barrau, Turnhout, Brepols, 2021, p. 149-170.

[3] Jean Dufour, « État et comparaison des actes faux ou falsifiés intitulés au nom des Carolingiens français (840-987) », Fälschungen im Mittelalter, IVe partie : Diplomatische Fälschungen (II), Hanovre, Hahnsche Buchhandlung, 1988, p. 167-210, à la p. 169.

[4] Thomas Lacomme, « Actum Pruvini. Les chartes provinoises d’Henri le Libéral : présence du comte à Provins et origine des bénéficiaires », Bulletin de la Société d’histoire et d’archéologie de l’arrondissement de Provins, no 174, 2020, p. 5-23.

[5] Isabelle Bretthauer, « Le marché de l’acte au Moyen Âge : tarifs, prix, concurrence », Genèses, no 105, 2016/4, p. 8-35.

[6] Mireille Mousnier, « Mesurer les terres au Moyen Âge. Le cas de la France méridionale », Histoire & Sociétés rurales, t. 22, 2004/2, p. 29-63.

[7] Hadrien Penet, « Le sens des limites. Construction et perception de l’espace dans les actes de la pratique : l’exemple sicilien (XIIe-XVe siècles) », dans Construction de l’espace au Moyen Âge : pratiques et représentations, dir. Thomas Lienhard, Paris, Publications de la Sorbonne, 2007, p. 405-411.

[8] Élisabeth Carpentier, « Le traitement informatisé des plus anciens catasti : le problème des confronts », dans Les cadastres anciens des villes et leur traitement par l’informatique, Actes de la table ronde organisée par le Centre d’histoire urbaine de l’École normale supérieure de Saint-Cloud, éd. Jean-Louis Biget, Jean-Claude Hervé, Yvon Thébert, Rome, École française de Rome, 1989, p. 255-268.

[9] Armand Frémont, La Région, espace vécu, Paris, PUF, 1976.

[10] Chantal Senséby, « Espace rêvé, espace convoité. Le témoignage des cartulaires monastiques », dans Territoires rêvés [2]. Du territoire rêvé au rêve de territoire : stratégies et processus d’appropriation ou de domination, Orléans, PU, 2006, p. 37-45.

[11] Paul Bertrand, Xavier Hélary, « Constructions de l’espace dans les cartulaires », dans Construction de l’espace au Moyen Âge…, p. 193-207.

[12] Les notions de « territoire » et « territorialisation » sont très utilisées en histoire médiévale depuis plusieurs années ; nous renverrons ici uniquement à Florian Mazel, L’évêque et le territoire. L’invention médiévale de l’espace (Ve-XIIIe siècle), Paris, Seuil, 2016.

[13] Nicolas Perreaux, « Des structures inconciliables ? Cartographie comparée des chartes et des édifices « romans » (Xe -XIIIe siècles) », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre, hors-série no 9, 2016, en ligne.

[14] Pierre Chastang, Lire, écrire, transcrire : le travail des rédacteurs de cartulaires en Bas-Languedoc, XIe-XIIIe siècles, Paris, Éditions du CTHS, 2001 ; Id., « Du locus au territorium. Quelques remarques sur l’évolution des catégories en usage dans le classement des cartulaires méridionaux au XIIe siècle », Annales du Midi, t. 119, 2007, p. 457-474.

[15] Peter Rück, Graphische Symbole in mittelalterlichen Urkunden. Beiträge zur diplomatischen Semiotik, Sigmaringen, J. Thorbecke, 1996.

[16] Jean-Baptiste Renault (éd.), Originaux et cartulaires dans la Lorraine médiévale (XIIe-XVIe siècles), Turnhout, Brepols, 2017.

[17] La chorématique est la science des chorèmes, « structure[s] élémentaire[s] de l’espace géographique » et elle correspond donc à une sorte de grammaire de l’espace (Roger Brunet, « La composition des modèles dans l’analyse spatiale », L’Espace géographique, t. 9, n° 4, 1980, p. 253-265). La chronochorématique est une version de la chorématique qui prend en compte la dimension temporelle des phénomènes modélisés spatialement (Hervé Théry, « Chronochorèmes et paléochorèmes : la dimension temporelle dans la modélisation graphique » dans Modèles graphiques et représentations spatiales, dir. Yves André, Antoine Bailly, Maryse Clary, Robert Ferras et Jean-Paul Guérin, Paris, Anthropos/Reclus, 1990, p. 41-61). À propos des apports de la chorématique pour la médiévistique, voir Mireille Mousnier, « Quand la carte interroge le territoire », dans Les Territoires du médiéviste, dir. Benoît Cursente et Mireille Mousnier, Rennes, PUR, 2005, p. 417-438 ; Bruno Varennes, « Cartographier la territorialisation ecclésiale au Moyen Âge », Siècles, n° 52, 2022, en ligne. URL : http://journals.openedition.org/siecles/9435 ; DOI : https://doi.org/10.4000/siecles.9435.

I luoghi dell’atto: analisi spaziali applicate alle fonti diplomatiche. Università di Namur, 10-11 ottobre 2024

Il network Diplo21 organizza incontri scientifici volti a offrire uno spazio di dialogo e di dibattito a giovani ricercatori che si dedicano allo studio della diplomatica e alle pratiche della scrittura nell’Europa medievale. Il primo tema selezionato per tali incontri è quello dei “Luoghi dell’atto”. Si tratterà soprattutto di dimostrare che la diplomatica contribuisce alla svolta spaziale intrapresa dalle scienze umane e sociali dagli anni ’70-’80.

La riflessione si articolerà intorno a tre assi di ricerca. Innanzitutto si tratterà di approfondire le logiche spaziali dell’elaborazione degli atti, concentrandosi sulla geografia delle cancellerie e dei centri scrittori, ma anche analizzando le date e i luoghi dei documenti, e ciò che possono rivelare delle trattative tra le autorità e i beneficiari degli atti, interrogandosi sull’esistenza di un “mercato degli atti scritti” (asse n. 1). L’attenzione potrà anche essere focalizzata sul modo in cui le fonti diplomatiche permettono di rivelare le percezioni che i loro redattori o beneficiari avevano dello spazio, attraverso lo studio delle confrontazioni, del vocabolario spaziale, o territoriale, o ancora delle eventuali logiche topografiche che guidano l’ordine dei beni, dei diritti e dei redditi al loro interno (asse n. 2). Infine, i partecipanti saranno invitati a considerare gli atti scritti stessi come luoghi e ad interrogare il ruolo dei simboli grafici rispetto al testo, il modo in cui questo viene reso o trascurato durante la copiatura degli atti, specialmente nei cartolari, e i mezzi attuali a loro disposizione per modellare lo spazio delle pergamene (asse n. 3).

Per la versione in francese / Pour la version en français de l’appel à communication : https://diplo21.hypotheses.org/1.

Per la versione in inglese / For the English version of the call for papers : https://diplo21.hypotheses.org/416.

Per la versione in tedesco / Für die deutsche Fassung des Call for Papers : https://diplo21.hypotheses.org/461.

Asse n. 1: Spazializzare il processo di elaborazione degli atti

a) Tale prospettiva pone innanzitutto la questione, abbastanza classica in diplomatica, dei luoghi dove gli atti, carte e diplomi, pubblici o privati, furono elaborati, come le cancellerie o i centri di scrittura. L’interesse deve quindi concentrarsi sul personale che vi lavorava, sull’organizzazione e sul funzionamento di queste istituzioni, sull’impiego di formulari e sul modo in cui essi si evolvono. La questione della redazione da parte dei beneficiari porta a considerare altri luoghi, in particolare gli scriptoria dei monasteri e delle collegiali. I partecipanti sono invitati a considerare la geografia di questi luoghi di elaborazione degli atti, sia a livello di un regno che a livello più locale. Si pone anche la questione della circolazione di formule e formulari tra le istituzioni, da un luogo di elaborazione dell’atto a un altro. L’analisi delle reti e le possibilità offerte dalle digital humanities e, in particolare, dai sistemi informativi geografici (GIS) permettono di rinnovare tali questioni.

b) Gli escatocolli dei documenti contengono talvolta date ropiche (Actum Atrebati, Datum apud Pruvinum...). Quest’ultime sono state spesso utilizzate dagli storici per tracciare gli itinerari dei re e dei principi, consentendo così di comprendere meglio le loro pratiche di governo e di amministrazione, sia all’epoca carolingia che alla fine del Medioevo[1]. La formulazione di queste date di luogo è già stata oggetto di studi, che si sono interessati alle loro variazioni, cronologiche e regionali[2]. I diplomatisti si sono anche chiesti se si trattasse di annotare il luogo dell’approvazione regale o principesca delle azioni giuridiche o il luogo di redazione o consegna dei documenti, come ne hanno già dibattuto Ferdinand Lot e Léon Levillain. Più recentemente, Jean Dufour ha ipotizzato una differenza tra “l’approvazione regale data all’atto giuridico (actum) e il rilascio dell’atto scritto (datum)”[3]. Le date topiche, più o meno sviluppate e precise, conservano la memoria dei luoghi e, al loro interno, degli edifici o dei luoghi specifici in cui le azioni giuridiche si sono svolte e sono state messe per iscritto o in cui i documenti sono state consegnate ai beneficiari. Queste date di luogo testimoniano, quindi, delle logiche spaziali che hanno condizionato l’elaborazione degli atti scritti e, in particolare, delle logiche proprie dei beneficiari che hanno scelto di recarsi in un luogo piuttosto che in un altro per richiedere la redazione dei documenti o per riceverli[4]. Tenendo conto anche della dimensione simbolica della scelta di alcuni luoghi, è importante considerare anche altre ragioni, più prosaiche, alcune delle quali sono spaziali o circostanziali: la frequenza o la rarità della presenza di un re o di un principe in un determinato luogo, l’origine geografica dei beneficiari, l’ubicazione dei loro beni temporali, l’urgenza o meno della loro petizione, la natura dell’atto richiesto…

c) Alcune transazioni vengono messe per iscritto davanti a un notaio pubblico o a un tabellione. Il ricorso a questi professionisti dell’arte scrittoria solleva la questione dell’esistenza di un “mercato dei documenti nel Medioevo” e porta a riflettere sulla sua organizzazione spaziale: nel 1395, ad esempio, gli abitanti di Bar-sur-Aube preferirono recarsi a La Ferté-sur-Aube, una località distante una ventina di chilometri, per far redigere un contratto, perché trovavano troppo caro il tabellione della loro città[5]. Anche in questo caso, si tratta di valutare come le analisi delle reti e l’elaborazione delle informazioni tramite i Sistemi Informativi Geografici (GIS) consentano di rinnovare la comprensione di questi “mercati degli atti”, presenti e strutturati a diverse scale.

Asse n° 2: Le fonti diplomatiche e la (ri)costruzione dello spazio

a) Negli atti della pratica, gli scribi e i notai devono spesso descrivere terreni e altri beni immobili. Devono quindi sapere “misurare le terre”[6] e avere “il senso dei confini”[7]. Lo studio dei confronts può essere condotto in questo contesto, anche perché può essere rinnovato dal contributo delle digital humanities. Il trattamento informatizzato dei confronti è stato già affrontato dagli specialisti dei catasti urbani medievali[8]. Oltre allo studio di queste formule e del loro vocabolario tecnico, si tratta di comprendere come le fonti diplomatiche partecipino alla costruzione dello spazio e testimonino la percezione di esso, il suo ordinamento, e persino la sua ricostruzione in base agli interessi delle autorità o dei beneficiari.

b) L’ordine dei beni, diritti e redditi nei privilegi o nelle carte riassuntive e confermative del patrimonio delle chiese, così come la classificazione degli atti in alcuni cartolari, possono rispondere a logiche topografiche (per diocesi, grange, città…) e corrispondere a uno “spazio vissuto”[9] (itinerari di percezione dei censi o visite pastorali…) o a una “geografia mentale”[10] propria di ogni redattore, cartolario o istituzione[11].

c) Infine, i toponimi citati negli atti possono essere utilizzati dai ricercatori che vogliono spazializzare fenomeni socio-politici o culturali: ad esempio, coloro che studiano l’emergere di “territori”[12], “spazi di proiezione di un’istituzione” (Max Weber), ecclesiastica o laica; allo stesso modo, vi sono stati tentativi di mettere in relazione i centri di produzione di atti e gli edifici cosiddetti “romanici”[13]. I partecipanti potranno interessarsi all’evoluzione del vocabolario dello spazio negli atti e chiedersi se, in questo senso, le fonti diplomatiche presentano specificità rispetto ad altri tipi di fonti medievali. I partecipanti potranno infine chiedersi se alcune evoluzioni diplomatiche o documentarie non traducano evoluzioni della dimensione spaziale del dominio e, più in generale, della percezione e della rappresentazione dello spazio nel Medioevo[14].

Asse n. 3: Gli atti analizzati come spazi

a) Le carte medievali sono dotate di diversi simboli grafici, che partecipano alla loro validità: crismi, croci di sottoscrizione, monogrammi, rota, leggende chirografiche, sigilli manuali, ecc. Questi hanno attirato l’attenzione dei ricercatori[15]. La pergamena su cui la carta è redatta può essere considerata il luogo in cui questi segni sono rappresentati: la loro dimensione, forma e la loro evoluzione, ma soprattutto la loro posizione sulla pergamena possono essere oggetto di analisi e confronto.

b) Durante la realizzazione di pseudo-originali o di cartolari, i segni grafici presenti negli originali possono essere riprodotti o imitati. Tuttavia, il modo in cui vengono riprodotti, con più o meno cura, con modifiche o meno, così come la loro posizione sul pseudo-originale o nel cartulario, possono rivelare alcune delle intenzioni dei falsari e dei redattori di cartolari[16] È anche necessario interrogarsi sulle competenze necessarie a questi copisti per imitare simboli grafici più o meno complessi.

c) Infine, i partecipanti saranno invitati a riflettere su rappresentazioni e modellizzazioni grafiche dello spazio delle carte e dei cartolari. Potranno prendere ispirazione dalla corematica, sviluppata dai geografi per arrivare a modellizzazioni spaziali[17], per pensare a un metodo simile che consentirebbe di modellizzare lo spazio delle fonti diplomatiche e quindi far emergere nuove tipologie documentarie attraverso l’esame della disposizione tra il testo, di cui non bisognerà trascurare la forma grafica (prime righe in maiuscolo o meno, eventuali elenchi di testimoni disposti in colonne o in righe, il trattamento grafico di alcune iniziali…), e i simboli grafici precedentemente menzionati

Modalità di invio delle proposte

La call è rivolta prioritariamente ai giovani ricercatori che si dedicano agli studi diplomatici e alle pratiche di scrittura nell’Europa medievale. Le comunicazioni, della durata massima di venticinque minuti, saranno seguite da un tempo di discussione. Le proposte di comunicazione potranno essere redatte in francese, inglese, tedesco e italiano. Dovranno avere una lunghezza compresa tra i 3.000 e i 4.000 caratteri (spazi inclusi) e dovranno specificare in quale/i asse/i della presente call si inseriscono. Dovranno essere accompagnate da una breve biografia che indichi l’istituzione di ricerca dell’autore e le sue ultime pubblicazioni (10-15 righe), seguita dalle sue coordinate di contatto. Questi vari elementi dovranno essere inviati entro il 12 aprile 2024 all’indirizzo seguente: contact.diplo21@gmail.com.

Comitato organizzativo

Hannes Engl (Aachen), Thomas Lacomme (Università di Namur, FNRS), Émilie Mineo (Università del Lussemburgo), Robin Moens (RWTH Aachen University, Università di Namur), Nicolas Ruffini-Ronzani (Università di Namur, Archivi di Stato) e Timothy Salemme (Università del Lussemburgo), per la rete Diplo 21: https://diplo21.hypotheses.org/.

Informazioni sul convegno

Il convegno si svolgerà il 10 e 11 ottobre 2024 presso l’Università di Namur. Le lingue accettate per le comunicazioni sono: francese, inglese, italiano e tedesco. Le spese di trasporto e alloggio dei partecipanti potranno essere prese in carico, in tutto o in parte, dall’organizzazione.

[1] Data l’ampiezza della bibliografia su questo argomento, ci limiteremo a fare riferimento a Martin Gravel, “Déplacements et immobilités des souverains carolingiens. De l’Empire au royaume de Francie occidentale”, in Le gouvernement et le déplacement. Pouvoir et mobilité de l’Antiquité à nos jours, a cura di Sylvain Destephen, Josiane Barbier e François Chausson, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2019, pp. 213-234, così come a L’itinérance de la cour en France et en Europe: Moyen Âge-XIXe siècle, a cura di Boris Bove, Alain Salamagne, Caroline Zum Kolk, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2021.

[2] Chantal Senséby, « La “date de lieu” et ses variations du Xe au XIIe siècle en Anjou et en Touraine », dans La formule au Moyen Âge [III], éd. Olivier Simonin et Caroline de Barrau, Turnhout, Brepols, 2021, p. 149-170

[3] Jean Dufour, « État et comparaison des actes faux ou falsifiés intitulés au nom des Carolingiens français (840-987) », Fälschungen im Mittelalter, IVe partie : Diplomatische Fälschungen (II), Hanovre, Hahnsche Buchhandlung, 1988, p. 167-210, p. 169.

[4] Thomas Lacomme, « Actum Pruvini. Les chartes provinoises d’Henri le Libéral : présence du comte à Provins et origine des bénéficiaires », Bulletin de la Société d’histoire et d’archéologie de l’arrondissement de Provins, no 174, 2020, p. 5-23

[5] Isabelle Bretthauer, « Le marché de l’acte au Moyen Âge : tarifs, prix, concurrence », Genèses, no 105, 2016/4, p. 8-35.

[6] Mireille Mousnier, « Mesurer les terres au Moyen Âge. Le cas de la France méridionale », Histoire & Sociétés rurales, t. 22, 2004/2, p. 29-63.

[7] Hadrien Penet, « Le sens des limites. Construction et perception de l’espace dans les actes de la pratique : l’exemple sicilien (XIIe-XVe siècles) », Construction de l’espace au Moyen Âge : pratiques et représentations, dir. Thomas Lienhard, Paris, Publications de la Sorbonne, 2007, p. 405-411.

[8] Élisabeth Carpentier, « Le traitement informatisé des plus anciens catasti : le problème des confronts », dans Les cadastres anciens des villes et leur traitement par l’informatique, Actes de la table ronde organisée par le Centre d’histoire urbaine de l’École normale supérieure de Saint-Cloud, éd. Jean-Louis Biget, Jean-Claude Hervé, Yvon Thébert, Rome, École française de Rome, 1989, p. 255-268.

[9] Armand Frémont, La Région, espace vécu, Paris, PUF, 1976

[10] Chantal Senséby, « Espace rêvé, espace convoité. Le témoignage des cartulaires monastiques », dans Territoires rêvés [2]. Du territoire rêvé au rêve de territoire : stratégies et processus d’appropriation ou de domination, Orléans, PU, 2006, p. 37-45.

[11] Paul Bertrand, Xavier Hélary, « Constructions de l’espace dans les cartulaires », dans Construction de l’espace au Moyen Âge…, p. 193-207

[12] I concetti di “territorio” e “territorializzazione” sono ampiamente utilizzati nella storia medievale da diversi anni; ci limiteremo qui a rinviare a Florian Mazel, L’évêque et le territoire. L’invention médiévale de l’espace (Ve-XIIIe siècle), Paris, Seuil, 2016.

[13] Nicolas Perreaux, « Des structures inconciliables ? Cartographie comparée des chartes et des édifices « romans » (Xe -XIIIe siècles) », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre, hors-série no 9, 2016, online.

[14] Pierre Chastang, Lire, écrire, transcrire : le travail des rédacteurs de cartulaires en Bas-Languedoc, XIe-XIIIe siècles, Paris, Éditions du CTHS, 2001 ; Id., « Du locus au territorium. Quelques remarques sur l’évolution des catégories en usage dans le classement des cartulaires méridionaux au XIIe siècle », Annales du Midi, t. 119, 2007, p. 457-474

[15] Peter Rück, Graphische Symbole in mittelalterlichen Urkunden. Beiträge zur diplomatischen Semiotik, Sigmaringen, J. Thorbecke, 1996.

[16] Jean-Baptiste Renault (éd.), Originaux et cartulaires dans la Lorraine médiévale (XIIe-XVIe siècles), Turnhout, Brepols, 2017.

[17] La corematica è la scienza dei coremi, “strutture elementari dello spazio geografico”, e quindi corrisponde a una sorta di grammatica dello spazio (Roger Brunet, “La composition des modèles dans l’analyse spatiale”, L’Espace géographique, t. 9, n° 4, 1980, p. 253-265). La cronocorematica è una versione della corematica che tiene conto della dimensione temporale dei fenomeni modellizzati spazialmente (Hervé Théry, “Chronochorèmes et paléochorèmes : la dimension temporelle dans la modélisation graphique” in Modèles graphiques et représentations spatiales, a cura di Yves André, Antoine Bailly, Maryse Clary, Robert Ferras e Jean-Paul Guérin, Parigi, Anthropos/Reclus, 1990, p. 41-61). Riguardo ai contributi della corematica per la medievistica, vedere Mireille Mousnier, “Quand la carte interroge le territoire”, in Les Territoires du médiéviste, a cura di Benoît Cursente e Mireille Mousnier, Rennes, PUR, 2005, p. 417-438; Bruno Varennes, “Cartographier la territorialisation ecclésiale au Moyen Âge”, Siècles, n° 52, 2022, online. URL: http://journals.openedition.org/siecles/9435; DOI: https://doi.org/10.4000/siecles.9435.

„Orts- und Raumgebundenheit mittelalterlicher Urkundenpraxis: diplomatische Quellen im Fokus raumbezogener Betrachtungen“, Université de Namur, 10.–11. Oktober 2024

Das Netzwerk Diplo21 (https://diplo21.hypotheses.org/) veranstaltet wissenschaftliche Kolloquien mit dem Ziel, Nachwuchshistoriker:innen, die zur Diplomatik und zu Schriftpraktiken des europäischen Mittelalters forschen, eine Diskussionsplattform und die Möglichkeit zum länderübergreifenden Austausch zwischen verschiedenen Wissenschaftskulturen und Forschungsschwerpunkten zu bieten. Das erste Kolloquium findet zum Thema „Orts- und Raumgebundenheit mittelalterlicher Urkundenpraxis“ statt. Es soll vor allem zeigen, dass die Diplomatik aktiv an dem seit den 1970er- und 1980er-Jahren in den Geisteswissenschaften vollzogenen spacial turn teilhat.

Dazu werden drei Themenfelder fokussiert. Das erste Themenfeld behandelt die Bedeutung raumgebundener Faktoren für den Ausstellungsprozess von Urkunden. Dabei geht es nicht nur um die geographische Verortung und Mobilität von Kanzleien, Schreibstuben und Amtsschreibern, sondern auch um die Frage, ob die Ausstellungsorte als solche Anhaltspunkte für Aushandlungsprozesse zwischen den Ausstellern und Empfängern oder die von letzteren bevorzugten Anlaufstellen zum Urkundenerwerb liefern können (1). Zweitens sollen die Wahrnehmungsmuster und Ausdrucksformen bestimmter räumlicher Vorstellungskategorien in den Urkunden untersucht werden, etwa anhand von Grenzbeschreibungen, des für verschiedene räumliche Entitäten gebrauchten Vokabulars oder der Anordnung einzelner Güter und Rechte innerhalb der Besitzlisten (2). Drittens steht das Layout der Urkunden als variabel gestaltbarer Raum im Fokus, vor allem im Hinblick auf die Platzierung bestimmter Symbole auf dem Pergament und deren Verhältnis zum Text sowie im Hinblick auf die Nachbildung oder Auslassung derartiger Gestaltungsformen in späteren Kopien oder in Chartularen (3).

Für die französische Fassung des Call for Papers : https://diplo21.hypotheses.org/1.

Für die englische Fassung des Call for Papers : https://diplo21.hypotheses.org/416.

1) Raum als Faktor für den Ausstellungsprozess

a) Dieses Themenfeld setzt zunächst bei der klassischen Frage der Diplomatik nach den Ausstellungsorten von Urkunden an, also den Standorten von Kanzleien, Schreibstuben und Amtsschreibern. Von Interesse sind dabei einerseits das Personal, der Aufbau und die Funktionsweise solcher Institutionen sowie das dort verwendete Formular und dessen Fortentwicklung; bei Empfängerausfertigungen sind darüber hinaus die Skriptorien von Klöstern oder Stiften zu berücksichtigen. Andererseits soll die räumliche Situierung der Abfassungs- und Ausstellungsorte von Urkunden in Betracht gezogen werden, sei es innerhalb eines Königreichs oder auf regionaler bzw. lokaler Ebene. Verbunden damit ist zugleich die Frage nach der Zirkulation bestimmter Formularbestandteile zwischen einzelnen Institutionen bzw. zwischen einzelnen Abfassungs- und Ausstellungsorten von Urkunden. Netzwerkanalysen sowie durch die Digitalen Geisteswissenschaften oder Geoinformatik bereitgestellte Tools könnten hier neue Zugänge eröffnen.

b) Häufig wird im Eschatokoll einer Urkunde explizit auf den für den Ausstellungshergang maßgeblichen Ort verwiesen (Actum Atrebati, Datum apud Pruvinum …). Von der Forschung wurden solche Ortsangaben häufig aufgegriffen, um das Itinerar von Königen oder Fürsten zu rekonstruieren und dadurch ein besseres Verständnis von deren Herrschafts- und Verwaltungspraktiken zu entwickeln, sowohl in Bezug auf das Früh- wie das Hoch- und Spätmittelalter[1]. Auch die solchen Ortsangaben zugrundeliegenden Formulierungen und deren Variationen innerhalb bestimmter Zeitabschnitte oder Regionen wurden bereits untersucht[2]. Schon die ältere Urkundenforschung stellte sich jedoch die Frage, ob sich diese Angaben auf den Ort der Abwicklung des der Urkundenausstellung zugrundeliegenden Rechtsgeschäfts beziehen oder auf den Ort der Abfassung bzw. Aushändigung der Urkunde – darüber entbrannte im frühen 20. Jahrhundert sogar ein Streit zwischen Ferdinand Lot und Léon Levillain. Daran anknüpfend hat später Jean Dufour die Hypothese aufgestellt, dass die Abwicklung des Rechtsgeschäfts (Actum) und die Urkundenaushändigung (Datum) zumindest bei französischen Königsurkunden grundsätzlich als zwei voneinander zu unterscheidende Vorgänge zu betrachten seien[3]. Auch wenn solche Angaben hinsichtlich ihrer Genauigkeit und heutigen Verständlichkeit variieren können, so verweisen sie dennoch auf die Orte der Rechtshandlungen und zuweilen auch auf die Gebäude und Einrichtungen, in denen diese Handlungen vollzogen und verschriftlicht wurden und in denen die Empfänger die von ihnen erbetene Urkunde entgegennahmen. Sie liefern daher Anhaltspunkte für die räumlichen Voraussetzungen, die den Ausstellungsprozess bedingten, und damit auch für die Orte, welche die Empfänger zur Abfassung oder zum Erwerb von Urkunden bevorzugt aufsuchten[4]. Bei der Auswahl eines solchen Ortes können neben seiner symbolischen Bedeutung ebenso pragmatische Erwägungen eine Rolle gespielt haben, etwa die regelmäßige Anwesenheit des Ausstellers an einem bestimmten Ort, die räumliche Nähe der Empfängerinstitution zum Ausstellungsort, die geographische Lage ihrer Besitzungen, die Dringlichkeit ihrer petitio oder die Art der erbetenen Urkunde, usw.

Darüber hinaus können auch andere Teile des Urkundentextes (Narratio, Dispositio, Kanzlei- bzw. Registraturvermerke, usw.) Informationen zu den Orten enthalten, an denen die Ausstellung oder Aushändigung von Urkunden bzw. die Abwicklung des ihnen vorausgehenden Rechtsgeschäfts erfolgten. In den Notitiae finden sich etwa mitunter sogar kurze Berichte zu den jeweiligen Orten des Ausstellungsprozesses, die somit sprichwörtlich Anhaltspunkte für den ‚Werdegang‘ einer Urkunde liefern, von den ersten Verhandlungen bis hin zur Aushändigung.

c) Vielfach erfolgte die schriftliche Fixierung des der Urkunde zugrundeliegenden Rechtsgeschäfts bei einem Notar oder Tabellion. Angesichts der häufigen Inanspruchnahme eines speziell dafür ausgebildeten Personals stellt sich auch die Frage nach der wirtschaftlichen Dimension derartiger Urkundenausstellungen und den dafür maßgeblichen geographischen Faktoren. Beispielsweise zogen es die Bewohner von Bar-sur-Aube im Jahr 1395 vor, zur Abfassung eines Vertrags in das rund 20 km entfernte La Ferté-sur-Aube zu gehen, weil ihnen die Dienste des Tabellions ihrer eigenen Ortschaft zu kostspielig waren[5]. Der Rückgriff auf Netzwerkanalysen oder Geoinformationssysteme (GIS) könnte sich als hilfreich erweisen, um ein nuanciertes Bild derartiger Prozesse zu zeichnen.

2) Darstellungsweisen und Konstruktionen des Raumes in urkundlichen Quellen

a) Den Schreibern und Notaren wurde bei der Abfassung einer Urkunde häufig abverlangt, die räumliche Ausdehnung einzelner Ländereien und Güter schriftlich zu fixieren. Dies erforderte nicht nur ein konkretes Vorstellungsvermögen in Bezug auf das geographische Ausmaß der beschriebenen Ländereien und Güter[6], sondern auch ein Feingespür für den Verlauf ihrer Grenzen[7]. Durch die digitale Erfassung und Aufbereitung von Grenzbeschreibungen wurde dies bereits anhand mittelalterlicher Stadtkataster untersucht[8]. Es erscheint daher lohnenswert, auch in mittelalterlichen Urkunden das für Grenzbeschreibungen verwendete Formular bzw. das ihm zugrundeliegende Vokabular eingehender zu untersuchen. Von zentraler Bedeutung ist dabei vor allem die Frage nach dem Stellenwert urkundlicher Quellen für die Wahrnehmung und Konstruktion des Raumes im Mittelalter, für seine Konfigurierung und ggf. seine Rekonstruktion im Interesse des Ausstellers bzw. der betreffenden Empfängerinstitution.

b) Ebenso wie die Auflistung von Gütern, Rechten und Einkünften in Privilegien oder Bestätigungsurkunden für kirchliche Einrichtungen kann auch die Positionierung von Urkunden in einem Chartular nach topographischen Gesichtspunkten (Diözesen, Archidiakonate, Grangien, villae, usw.) erfolgen. Solche Ordnungskategorien können auf spezifische Erfahrungen und Gewohnheiten innerhalb des beschriebenen Raumes[9] (etwa für Zinserhebungen oder bischöfliche Visitation maßgebliche Itinerare), aber auch auf einer „mentalen Geographie“[10] fußen, die freilich je nach Verfasser, Auftraggeber oder begünstigter Institution individuell ist[11].

c) Zudem liefern Toponyme in Urkunden auch für Forschungen zur Raumgebundenheit von gesellschaftspolitischen oder kulturellen Phänomenen wichtige Anhaltspunkte: beispielswiese für Studien zur Herausbildung von ‚Territorien‘, die in Anlehnung an Max Weber als Projektionsflächen kirchlicher oder weltlicher Institutionen betrachtet werden können[12]. So wurde bereits versucht, Produktionsstätten von Urkunden mit sogenannten „romanischen“ Gebäuden in Verbindung zu bringen[13]. Daher erscheint es lohnenswert, sich eingehender mit dem raumbezogenen Vokabular der Urkunden und seiner Fortentwicklung auseinanderzusetzen. Inwiefern unterscheiden sich diplomatische Quellen in dieser Hinsicht von anderen Quellen des Mittelalters? Ebenso erscheint es sinnvoll, anknüpfend an vorausgegangene Forschungen die Frage weiter zu vertiefen, ob Veränderungen im raumbezogenen Vokabular der Urkunden nicht auch als Ausdruck einer sich generell verändernden räumlichen Dimension des dominium gelten können, bzw. als Ausdruck sich wandelnder Auffassungs- und Darstellungsformen des Raumes im Mittelalter[14].

3) Die Urkunde als gestaltbarer Raum

a) Als Beglaubigungsmittel fungieren in mittelalterlichen Urkunden unter anderem graphische Symbole (Chrismen, eigenhändige Kreuze, Monogramme, Rota, Legenden von Chirographen, Handzeichen bzw. Notariatsignets, usw.), die in dieser Hinsicht bereits eingehend untersucht worden sind[15]. Auch das Pergament einer Urkunde kann als Raum gesehen werden, innerhalb dessen sich diese Symbole anordnen und gestalten lassen, etwa im Hinblick auf ihre Größe, ihre Form und vor allem im Hinblick auf die Stelle, an der sie auf dem Pergament platziert wurden. Die Teilnehmenden sind dazu eingeladen, dies vergleichend oder im Rahmen von Einzelbetrachtungen zu analysieren.

b) Bei der Herstellung von Pseudo-Originalen oder Chartularen wurden diese Symbole mitunter aufgegriffen und nachgebildet. Aus der dafür aufgewandten Sorgfalt, etwaigen Modifikationen oder der Platzierung der Nachbildungen auf dem Pergament können sich Rückschlüsse auf die Intentionen der Fälscher und der Auftraggeber eines Chartulars ziehen lassen[16]. Weitere Fragen, etwa in Bezug auf die für solche Nachbildungsprozesse erforderlichen Kompetenzen ließen sich anschließen.

c) Gegenstand der Vorträge können vor diesem Hintergrund auch Überlegungen zur graphischen Darstellung und Modellierung der gestaltbaren Raumfläche von Urkunden sein. Eine mögliche Inspirationsquelle hierfür bietet etwa die sog. chorematische Geographie, die von französischen Geographen zur Modellierung räumlicher Dynamiken entwickelt wurde[17]. Vielleicht ließen sich daran anknüpfend vergleichbare Methoden entwickeln, die dabei helfen könnten, die gestaltbare Raumfläche diplomatischer Quellen genauer zu fassen. Diesbezüglich sind insbesondere von einer eingehenden Untersuchung des Verhältnisses zwischen den graphischen Symbolen einer Urkunde und ihrem Text, dessen äußere Gestaltung hier natürlich ebenfalls zu berücksichtigen ist (etwa die Schriftform der ersten Zeile, die Anordnung der Zeugenliste, der Gebrauch von Majuskeln, usw.), neue Erkenntnisse zu erwarten.

Einreichung von Beiträgen

Der Call for Papers richtet sich in erster Linie an Nachwuchswissenschaftler:innen, die zur Diplomatik und zu Schriftpraktiken des europäischen Mittelalters forschen. Für die Vorträge sind maximal 25 Minuten Redezeit eigeplant, gefolgt von einer Diskussion. Die Proposals sollten zwischen 3000 und 4000 Zeichen (inkl. Leerzeichen) umfassen und Angaben zur Verortung des Beitrags in einer der drei skizzierten Themenfelder enthalten. Gebeten wird zudem um die Übersendung einer Kurzbiographie mit Angaben zur institutionellen Anbindung, zu den aktuellen Publikationen (insges. ca. 10–15 Zeilen) sowie zur dienstlichen oder privaten Anschrift. Bewerbungen sind bis zum 12. April 2024 an folgende Adresse zu schicken: contact.diplo21@gmail.com.

Organisationskomitee

Hannes Engl (Aachen), Thomas Lacomme (FNRS, Université de Namur), Émilie Mineo (Universität Luxemburg), Robin Moens (RWTH Aachen University, Université de Namur), Nicolas Ruffini-Ronzani (Université de Namur, Archives de l’État), Timothy Salemme (Universität Luxemburg) für das Netzwerk Diplo21: https://diplo21.hypotheses.org/.

Organisatorisches

Die Tagung findet am 10. und 11. Oktober 2024 an der Université de Namur statt. Vortrags- und Diskussionssprachen sind Deutsch, Englisch, Französisch und Italienisch.


[1] Aus der Fülle der Fachliteratur zu diesem Thema vgl. etwa jüngst Martin Gravel, Déplacements et immobilités des souverains carolingiens. De l’Empire au royaume de Francie occidentale, in: Le gouvernement et le déplacement. Pouvoir et mobilité de l’Antiquité à nos jours, hrsg. von Sylvain Destephen, Josiane Barbier und François Chausson, Rennes 2019, S. 213-234 sowie Boris Bove, Alain Salamagne und Caroline Zum Kolk (Hrsg.), L’itinérance de la cour en France et en Europe : Moyen Âge – XIXe siècle, Villeneuve d’Ascq 2021.

[2] Chantal Senséby, La « date de lieu » et ses variations du xe au xiie siècle en Anjou et en Touraine, in: La formule au Moyen Âge, Teil 3, hrsg. von Olivier Simonin und Caroline de Barrau, Turnhout 2021, S. 149–170.

[3] Jean Dufour, État et comparaison des actes faux ou falsifiés intitulés au nom des Carolingiens français (840–987), in: Fälschungen im Mittelalter, Teil 4: Diplomatische Fälschungen II, Hannover 1988, S. 167–210, hier S. 169.

[4] Thomas Lacomme, Actum Pruvini. Les chartes provinoises d’Henri le Libéral : présence du comte à Provins et origine des bénéficiaires, in: Bulletin de la Société d’histoire et d’archéologie de l’arrondissement de Provins 174 (2020), S. 5–23.

[5] Isabelle Bretthauer, Le marché de l’acte au Moyen Âge : tarifs, prix, concurrence, in: Genèses 105 (2016/4), S. 8–35.

[6] Mireille Mousnier, Mesurer les terres au Moyen Âge. Le cas de la France méridionale, in: Histoire & Sociétés rurales 22 (2004/2), S. 29–63.

[7] Hadrien Penet, Le sens des limites. Construction et perception de l’espace dans les actes de la pratique : l’exemple sicilien (xiie–xve siècles), in: Construction de l’espace au Moyen Âge : pratiques et représentations, hrsg. von Thomas Lienhard, Paris 2007, S. 405–411.

[8] Élisabeth Carpentier, Le traitement informatisé des plus anciens catasti : le problème des confronts, in: Les cadastres anciens des villes et leur traitement par l’informatique. Actes de la table ronde organisée par le Centre d’histoire urbaine de l’École normale supérieure de Saint-Cloud, hrsg. von Jean-Louis Biget, Jean-Claude Hervé und Yvon Thébert, Rom 1989, S. 255–268.

[9] Armand Frémont, La Région, espace vécu, Paris 1976.

[10] Chantal Senséby, Espace rêvé, espace convoité. Le témoignage des cartulaires monastiques, in: Territoires rêvés, Teil 2. Du territoire rêvé au rêve de territoire : stratégies et processus d’appropriation ou de domination, Orléans 2006, S. 37–45.

[11] Paul Bertrand, Xavier Hélary, Constructions de l’espace dans les cartulaires, in: Construction de l’espace au Moyen Âge (wie Anm. 7), S. 193–207.

[12] In der jüngeren französischen Mittelalterforschung können Begriffe wie „territoire“ oder „territorialisation“ mittlerweile als etabliert gelten; vgl. etwa Florian Mazel, L’évêque et le territoire. L’invention médiévale de l’espace (vexiiie siècle), Paris 2016.

[13] Nicolas Perreaux, Des structures inconciliables ? Cartographie comparée des chartes et des édifices « romans » (xe–xiiie siècles), in: Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre, hors-série Nr. 9 (2016), online zugänglich unter: https://journals.openedition.org/cem/13817

[14] Pierre Chastang, Lire, écrire, transcrire : le travail des rédacteurs de cartulaires en Bas-Languedoc, xie–xiiie siècles, Paris 2001; Ders., Du locus au territorium. Quelques remarques sur l’évolution des catégories en usage dans le classement des cartulaires méridionaux au xiie siècle, in: Annales du Midi 119 (2007), S. 457–474.

[15] Peter Rück, Graphische Symbole in mittelalterlichen Urkunden. Beiträge zur diplomatischen Semiotik, Sigmaringen 1996.

[16] Jean-Baptiste Renault (Hrsg.), Originaux et cartulaires dans la Lorraine médiévale (XIIe – XVIe siècles), Brepols 2017.

[17] Zentral für chorematische Geographie ist die Auseinandersetzung mit sog. Choremen, d. h. elementaren Strukturen des geographischen Raumes („structures élémentaires de l’espace géographique“). Sie entspricht in dieser Hinsicht einer Grammatik des Raumes; vgl. Roger Brunet, La composition des modèles dans l’analyse spatiale, in: L’Espace géographique, Bd. 9, Nr. 4 (1980), S. 253–265. Eine Teildisziplin stellt die chronochorematische Geographie dar, die sich in erster Linie mit der zeitlichen Dimension modellierbarer Dynamiken des Raumes befasst; vgl. Hervé Théry, Chronochorèmes et paléochorèmes : la dimension temporelle dans la modélisation graphique, in: Modèles graphiques et représentations spatiales, hrsg. von Yves André, Antoine Bailly, Maryse Clary, Robert Ferras und Jean-Paul Guérin, Paris 1990, S. 41–61. Zum Potenzial der chorematischen Geographie für die Mittelalterforschung vgl. Mireille Mousnier, Quand la carte interroge le territoire, in: Les Territoires du médiéviste, hrsg. von Benoît Cursente und Mireille Mousnier, Rennes 2005, S. 417–438 sowie Bruno Varennes, Cartographier la territorialisation ecclésiale au Moyen Âge, in: Siècles 52 (2022), online zugänglich unter: http://journals.openedition.org/siecles/9435.

École doctorale « Diplomatique comparée » / Doctoral School “Comparative Diplomatics”, les 6-10 mai 2024, à Rome

Diplo 21 relaye l’annonce de la tenue d’une école doctorale les 6-10 mai 2024, à Rome, intitulée « Diplomatique comparée ». Cette école doctorale est organisée par l’École française de Rome (programme DiploMA), l’IRHT-UPR841 (CNRS), l’UCLouvain (FNRS) et l’Università di Roma – La Sapienza. Elle sera dirigée par Paul Bertrand, Arianna d’Ottone et Antonella Ghignoli.

Cette initiative s’inscrit dans le programme DiploMA (Diplomatics in Mediterranean Area), mené dans le cadre du quinquennal de l’École française de Rome (2022-2026). Ce programme dispose d’un carnet sur Hypothèses : https://diploma.hypotheses.org.

Le programme provisoire de cette école doctorale y a été publié (voir ci-dessous).

« The Charter’s Spaces: Spatial and Spatiographic Analyses of Diplomatic Sources », University of Namur, 10-11 October 2024

The Diplo21 network organises scientific meetings to provide young researchers working on diplomacy and written practices in medieval Europe with a forum for scientific dialogue and debate, independent of national historiographical traditions. The first theme chosen is ‘the charter’s spaces’. The particular aim of this conference is to show how diplomacy fits in the spatial turn taken by the humanities and social sciences since the 1970s and 1980s.

We propose three lines of research. The first is to examine the spatial logic of the production of deeds, namely the geography of chancelleries, writing offices and registries, but also the places where charters were dated and what they may reveal about the negotiations between the authorities and the beneficiaries of the deeds, as well as a possible “deeds market” (theme No. 1). Attention will also be paid to the way in which diplomatic sources reveal the perceptions that their authors or beneficiaries had of space, through the study of adjacent property clauses, of spatial or territorial vocabulary and of topographical logics determining the order in which goods, rights and revenues were listed (theme No. 2). Finally, participants will be invited to consider the deeds themselves as ‘places’ and to question the place of graphic symbols in relation to the text, the way in which this is rendered or neglected when copying the deeds, particularly in cartularies, and the means available to them for modelling the charters’ space (theme No. 3).

For the French version of the call for papers : https://diplo21.hypotheses.org/1.

For the German version of the call for papers : https://diplo21.hypotheses.org/461.

Theme No. 1: Spatialising the charters’ production process

a) The evident question this theme raises in diplomatic concerns the localities where deeds, charters and diplomas, whether public or private, were drawn up: chancelleries, writing offices and registries. The staff who worked there provokes our interest, as well as the organisation and work methods of these institutions, the formularies they used and how these evolved. The question of a redaction by the beneficiaries leads us to consider other places, in particular the scriptoria of monasteries and chapters. Participants are invited to investigate the geography of redaction, on the scale of a whole kingdom but also on a much more local level. The question of the circulation of typical expressions and formularies between institutions opens another field of research that can be seen in a new light by means of network analysis and other possibilities offered by digital humanities, in particular geographic information systems.

b) Charters’ eschatocoles sometimes include “place dates” (Actum Atrebati, Datum apud Pruvinum, etc.). These have often been used by historians to retrace the itineraries of kings and princes, which has led to a better understanding of their government and administrative practices, both in the Carolingian era and at the end of the Middle Ages[1]. The formulation of these place dates has already been studied in their chronological and regional variations[2]. The question has already been raised whether this was the place of the princely approval or the place where documents were drafted or delivered – which was the subject of a fierce debate between Ferdinand Lot and Léon Levillain. More recently, Jean Dufour has put forward the hypothesis of a difference between “the royal approval given to the legal act (actum) and the delivery of the written act (datum)”[3]. Place dates keep record of the localities and, within these localities, the buildings or other specific places where the legal actions described in the charters took place and were put down in writing, or where the charters were given to their beneficiaries. These place dates therefore reflect the spatial logics that shaped the drafting of the charters and, in particular, the reasons why beneficiaries chose to come to one place rather than another to request the drafting of the documents or to have them delivered to them[4]. While taking into account the symbolic dimension of the choice of certain places, it is also important to consider other, more prosaic reasons, some of which are spatial or circumstantial: the frequency or rarity of the stay of a prince in a given place, the geographical origin of the beneficiaries, the localisation of their property, the urgency of their petitio, the nature of the act in question, etc. Other parts of the diplomatic discourse (preamble, dispositive clause, extra sigillum notes, etc.) may also contain information on the places where the transactions were negotiated or concluded, where the deeds were drafted and handed over to their beneficiaries, with or without ceremony. Some notitiae have even a narrative character, highlighting places and providing information about the “charter’s travels”, from the initial negotiations to its handing over.

c) Some transactions were recorded in writing before a public notary or tabellio. In 1395, for example, the inhabitants of Bar-sur-Aube preferred to go to La Ferté-sur-Aube, some twelve miles distant, to have a contract drawn up, because they found their town’s tabellio too expensive[5]. Here again, the question is in how far network analyses and GIS can help us to gain new insights in this diverse “deeds market”.

Theme No. 2: Diplomatic sources and spatial (re)constructions

a) While redacting charters, scribes and notaries often had to describe lands and other real estate. They needed to know how to “measure land”[6] and have a “sense of boundaries”[7]. Adjacent property clauses (confronts)can be studied in this way, making use of the new methods offered by the digital humanities, as is exemplified by the study of medieval urban cadastres[8]. In addition to studying formulations and technical vocabulary, we should deepen our understanding of the ways in which diplomatic sources contributed to the construction of space and bear witness to the way in which space was perceived, arranged, and even reconstructed according to the interests of the authorities or beneficiaries.

b) The order in which properties, rights and revenues were listed in the privileges summarising and confirming the temporal rights of churches, as well as the classification of deeds in certain cartularies, may reflect topographical logics (by dioceses, archdeaconries, granges, towns, etc.) and correspond to the “experienced space” (espace vécu[9], i.e. itineraries for tax collection or episcopal visits, etc.) or to a “mental space”[10],  specific to each dictator, cartularist or institution[11].

c) Lastly, the place names cited in the deeds can be used to spatialise socio-political or cultural phenomena. The emergence of “territories”[12], for example, the “projection space of an institution” (Max Weber), whether ecclesiastical or secular, as well as the centres of act production to so-called “Romanesque”[13] buildings have been studied in this way. In diplomatics, the evolution of the vocabulary used for ‘space’ in the deeds can be examined, as well as the question whether diplomatic sources present here any specificities in relation to other types of medieval sources. Following in the footsteps of other researchers, participants will also be able to ask if by diplomatic or documentary developments changes in the spatial dimension of dominium and, more broadly, in the perception and representation of space in the Middle Ages can be retraced[14].

Theme No. 3: Acts treated as ‘spaces’

a) Medieval charters were validated by a number of graphic symbols: chrisma, subscription crosses, monograms, rota, chirograph legends, notarial marks, etc. These have already attracted the attention of researchers[15]. The parchment on which the charter is written can then be considered as the ‘space’ in which these signs are represented: their size, shape and evolution, but above all their ‘location’ on the parchment can thus be analysed and compared.

b) When forging pseudo-originals or redacting cartularies, the graphic signs of the originals may be reproduced or imitated. The way in which this is done, with greater or lesser care, with or without modification, and their position on the pseudo-original or in the cartulary, may reveal some of the intentions of the forgers and cartularists. In doing this, one needs to consider the skills required for such imitations of graphic symbols with varying degrees of complexity.

c) Finally, participants are invited to think about graphic representations and space modelling in charters and cartularies. They can draw inspiration from the chorematic method used by geographers to obtain spatial models, and thus think about a comparable method for modelling the ‘space’ of diplomatic sources and bring out new documentary typologies by examining the charters global layout, including the formatting of the text (first lines capitalised, witness lists arranged in columns or rows, the use and elaboration of capitals, etc.) and the graphic symbols mentioned above.

How to submit

This call is aimed primarily at young researchers working on diplomatic and the practice of writing in medieval Europe. Papers should take no more than twenty-five minutes and will be followed by a discussion. They may be submitted in English, French, German or Italian. Papers should be between 3,000 and 4,000 characters in length (with spaces) and should specify with which of the lines of research presented above the align most. They should be accompanied by a short biography (10-15 lines) indicating affiliations and recent publications, followed by the researcher’s contact details. These documents must be sent before 12 April 2024 to: contact.diplo21@gmail.com.

Organising Committee

Hannes Engl (Aachen), Thomas Lacomme (Université de Namur, FNRS), Émilie Mineo (Université du Luxembourg), Robin Moens (RWTH Aachen University, Université de Namur), Nicolas Ruffini-Ronzani (Université de Namur, Archives de l’État) and Timothy Salemme (Université du Luxembourg) as core members of the Diplo 21 network : https://diplo21.hypotheses.org/.

Conference details

The conference will take place on 10 and 11 October 2024 at the University of Namur. Papers are accepted in German, English, French and Italian. Participants’ travel and accommodation costs are probably covered.

[1] As there is a considerable bibliography on this subject, we simply refer to Martin Gravel, « Déplacements et immobilités des souverains carolingiens. De l’Empire au royaume de Francie occidentale », dans Le gouvernement et le déplacement. Pouvoir et mobilité de l’Antiquité à nos jours, dir. Sylvain Destephen, Josiane Barbier, François Chausson, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2019, p. 213-234, as well as L’itinérance de la cour en France et en Europe : Moyen Âge-XIXe siècle, dir. Boris Bove, Alain Salamagne, Caroline Zum Kolk, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2021.


[2] Chantal Senséby, « La “date de lieu” et ses variations du xe au xiie siècle en Anjou et en Touraine », dans La formule au Moyen Âge [III], éd. Olivier Simonin et Caroline de Barrau, Turnhout, Brepols, 2021, p. 149-170.

[3] Jean Dufour, « État et comparaison des actes faux ou falsifiés intitulés au nom des Carolingiens français (840-987) », Fälschungen im Mittelalter, IV : Diplomatische Fälschungen (II), Hanover, Hahnsche Buchhandlung, 1988, p. 167-210, especially p. 169 (« l’approbation royale donnée à l’acte juridique (actum) et la délivrance de l’acte écrit (datum) »).

[4] Thomas LACOMME, « Actum Pruvini. Les chartes provinoises d’Henri le Libéral : présence du comte à Provins et origine des bénéficiaires », Bulletin de la Société d’histoire et d’archéologie de l’arrondissement de Provins, no 174, 2020, p. 5-23. 

[5] Isabelle BRETTHAUER, « Le marché de l’acte au Moyen Âge : tarifs, prix, concurrence », Genèses, no 105, 2016/4, p. 8-35.

[6] Mireille Mousnier, « Mesurer les terres au Moyen Âge. Le cas de la France méridionale », Histoire & Sociétés rurales, t. 22, 2004/2, p. 29-63.

[7] Hadrien Penet, « Le sens des limites. Construction et perception de l’espace dans les actes de la pratique : l’exemple sicilien (xiie-xve siècles) », dans Construction de l’espace au Moyen Âge : pratiques et représentations, dir. Thomas Lienhard, Paris, Publications de la Sorbonne, 2007, p. 405-411.

[8] Élisabeth Carpentier, « Le traitement informatisé des plus anciens catasti : le problème des confronts », dans Les cadastres anciens des villes et leur traitement par l’informatique, Actes de la table ronde organisée par le Centre d’histoire urbaine de l’École normale supérieure de Saint-Cloud, éd. Jean-Louis Biget, Jean-Claude Hervé, Yvon Thébert, Rome, École française de Rome, 1989, p. 255-268.

[9] Armand Frémont, La Région, espace vécu, Paris, PUF, 1976.

[10] Chantal Senséby, « Espace rêvé, espace convoité. Le témoignage des cartulaires monastiques », dans Territoires rêvés [2]. Du territoire rêvé au rêve de territoire : stratégies et processus d’appropriation ou de domination, Orléans, PU, 2006, p. 37-45.

[11] Paul Bertrand, Xavier Hélary, « Constructions de l’espace dans les cartulaires », dans Construction de l’espace au Moyen Âge…, p. 193-207.

[12] The concepts “territory” and “territorialisation” have been widely used in medieval history for a number of years. Here we only refer in an exemplary way to Florian Mazel, L’évêque et le territoire. L’invention médiévale de l’espace (vexiiie siècle), Paris, Seuil, 2016.

[13] Nicolas Perreaux, « Des structures inconciliables ? Cartographie comparée des chartes et des édifices « romans » (xe -xiiie siècles) », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre, hors-série no 9, 2016, en ligne.

[14] Pierre Chastang, Lire, écrire, transcrire : le travail des rédacteurs de cartulaires en Bas-Languedoc, xie-xiiie siècles, Paris, Éditions du CTHS, 2001 ; Id., « Du locus au territorium. Quelques remarques sur l’évolution des catégories en usage dans le classement des cartulaires méridionaux au xiie siècle », Annales du Midi, t. 119, 2007, p. 457-474.

[15] Peter Rück, Graphische Symbole in mittelalterlichen Urkunden. Beiträge zur diplomatischen Semiotik, Sigmaringen, J. Thorbecke, 1996.

Archiv für diplomatik, 69. band, 2023 – sommaire

Le tome 69 pour l’année 2023 de la revue Archiv für diplomatik, Schriftgeschichte Siegel- und Wappenkunde est paru : https://www.vr-elibrary.de/doi/book/10.7788/9783412529369. Dirigé par Irmgard Fees et Andrea Stieldorf, il compte 15 articles, dont 7 à la fin du volume qui constituent les actes du colloque “Privaturkunden und Dokumentationspraxis im langen 10. Jahrhundert”, qui s’était tenu à Rome les 18-20 avril 2018.

Sommaire

Manfred BALZER, “”Castus redivivus”. Eine Entgegnung”, p. 1.

Alina OSTROWSKI, “Die frühneuzeitlichen Drucke der Constitutio Romana Kaiser Lothars I. (824). Zu Vorlagen und Arbeitsweise von Carlo Sigonio (1574) und Étienne Baluze (1677)”, p. 17.

Horst LÖSSLEIN, “Die Urkunden Karls III. des Einfältigen. Eine Handreichung zur Edition von Philippe Lauer”, p. 39.

Tommaso Maria ROSSI, “Originalli, pseudo-originali, falsi e falsi-originali in archivistica”, p. 91.

Benedict WIEDEMANN, “Pater Sanctissime. Petitions to the Pope in the Twelfth and Thirteenth Centuries”, p. 109.

Jörg PELTZER, “Die Verschriftlichung fürstlichen Rangs. Beobachtungen zur Bedeutung des Königtums für die Entwicklung reichsfürstlicher Schriftlichkeit im 14. Jahrhundert unter besonderer Berücksichtigung der ersten Kopialbücher der Pfalzgrafen bei Rhein und der Markgrafen von Jülich”, p. 157.

Philip HAAS, “Die Urkunde als Kompendium und Findmittel ? Frühneuzeitliche Grenzrezesse als analytischer Schlüssel zum Grenzkonflikt”, p. 191.

Benjamin KRAM et Kristian PETERS, “Die digitale Bergung kriegsbeschädigter Archivalien des Landesarchivs NRW zur Reformationsgeschichte der Stadt Aachen. Restaurierung und Multispektraldigitalisierung der Archivalien LAV NRW Abteilung Rheinland RW 1001 Reichsstadt Aachen, Akten Nr. 55a bis 77b”, p. 223.

Symposium “Privaturkunden und Dokumentationspraxi im langen 10. Jahrhundert” (Rom, 18-20 April 2018)

Peter ERHART, Karl HEIDECKER et Bernhard ZELLER, “Vorbemerkungen”, p. 253.

Chantal SENSÉBY, “Les “actes privés” de l’Ouest de la France (900/930-1030). Émergence et affirmation d’identités documentaires à la faveur de la reformatio monastique?”, p. 257.

Georges DECLERCQ, “Un produit de l’école et du scriptorium. L’acte privé à l’abbaye de Saint-Pierre-au-Mont-Blandin du Xe au XIe siècle”, p. 285.

Andrea STIELDORF, “Urkunden in und um Köln im langen zehnten Jahrhundert”, p. 325.

Michel CALLEJA-PUERTA et Maria Josefa SANZ FUENTES, “Los documentos entre particulares en el reino de Asturias y Leon (c. 870-1030)”, p. 355.

Jesus ALTURO E TANIA ALAIX, “La documentazione privata catalana del periodo carolingio come riflesso del livello culturale di una società”, p. 381.

Paolo MASSA, “Tra Benevento e Avellino. Il X secolo nelle carte del principato longobardo di Benevento”, p. 407.

Pour télécharger le sommaire : https://www.vr-elibrary.de/doi/pdf/10.7788/9783412529369.toc.

Chirographes

Devise “Cirogr[a]f[um] ver[i]tati[s]” d’un chirographe de l’archevêque de Sens, Hugues de Toucy, datable de 1142-1157. BM Provins, ms. 85, fol. 19 (détail).
Crédits : BM Provins-Ville de Provins/BVMM-IRHT-CNRS.

Définitions

“[…] le chirographe. Il s’agit d’un acte écrit en deux exemplaires (ou plus encore) sur une feuille de parchemin. Entre les deux actes, le scribe écrit un ou quelques mots, que l’on appelle la “devise (divisa) chirographique”. En général, c’est CHIROGRAPHUM. Mais ce peut être l’alphabet, une prière ou une phrase relative à la charte, parfois un dessin. On découpe alors la feuille de parchemin au milieu de la devise. […] L’invention est anglaise, et remonte au Xe siècle. Outre-Manche, la coupure se fait souvent en dents de scie (chartae indentatae, “endentures”). Le chirographe n’est utile que lorsque les deux parties souhaitent disposer chacune d’un exemplaire de la même charte. En cas de litige, en rapprochant les deux moitis, on pourra vérifier qu’elles viennent du même parchemin, que donc on est en présence d’actes authentiques. Attention cependant au terme chirographum : jusqu’au XIe siècle au moins, il peut désigner n’importe quelle charte. Il ne devient un terme technique pour désigner les chartes-parties qu’au XIIe siècle” (Olivier GUYOTJEANNIN, Jacques PYCKE et Benoît-Michel TOCK, Diplomatique médiévale, Turnhout, Brepols (L’Atelier du médiéviste, 2), 1993, p. 92 ; voir aussi ibid. des exemples de chirographes p. 189-193 et p. 202-205).

“Le chirographe (lat. : cyrographum, rarement chirographum) ou charte partie (charta partita, charta bipartita, charta divisa ; en Sicile : charta paricla) était, au Moyen Âge, un acte établi en deux exemplaires (et parfois davantage) d’une teneur identique, sur une même feuille de parchemin, chacun des éléments étant ensuite séparé, “parti”, en coupant selon un trait ondulé ou en forme de dents de scies ; en ce cas, on l’a aussi dénommé endenture (lat. : indentura). Chacun des exemplaires était dit également chirographe. All. : Chirograph, Teilurkunde ; angl. : chirograph, indenture ; esp. : carta partida ; ital. : chirografo. Normalement la découpe était pratiquée à travers la devise (divisa) ou légende c’est-à-dire un ou plusieurs mots écrits entre les exemplaires, tels que le mot Cyrographum ou une invocation pieuse. Cette devise a été souvent formée par les lettres successives de l’alphabet (charta per alphabetum divisa) ou par le groupe répété des lettres ABC (charta per ABC). Originellement il s’est agi d’un trait droit coupant l’invocation ou la formule de date. Les deux parties pouvaient être remis aux parties intéressées, mais un exemplaire pouvait également être conservé par l’autorité qui avait délivré l’acte. D’où son utilisation dans le domaine de la juridiction gracieuse des autorités municipales ou seigneuriales dans le nord de la France et dans la Belgique actuelle (greffes scabinaux). Le chirographe pouvait être scellé par l’autorité qui l’établissait ou bien recevoir les sceaux des parties et, en ce cas, celles-ci pouvaient ou bien sceller les deux exemplaires, ou bien seulement l’exemplaire destiné à être remis à l’autre partie. En droit romain, le chirographe, selon son étymologie même, désignait une obligation littérale écrite (ou tout au moins souscrite) par la main même de qui s’engageait. De là, l’expression de dettes ou de créances chirographaires, qui sont des actes de cette nature établis sous seing privé.” (Vocabulaire international de la diplomatique, éd. Marta Milagros CARCEL ORTI, Valence, Universitat de Valencia, 1997, n° 44, p. 30).

“Pour le médiéviste occidentaliste, le terme “chirographe” revêt le sens bien précis de “charte partie”, une espèce documentaire relevant de la famille des actes à exemplaires multiples. Ces derniers étaient d’usage courant durant le très haut Moyen Âge, pour ainsi dire la forme ordinaire sous laquelle on rédigeait certaines transactions synallagmatiques. Mais ce qui sanctionne la naissance du chirographe médiévale, c’est la rencontre du terme chirographum hérité de la diplomatique antique – et détourné de son sens primitif – avec une pratique d’écriture bien spécifique : il y a chirographe quand les exemplaires sont inscrits sur un même parchemin puis séparés (du moins est-ce la succession présumée des opérations ou celle qu’on veut bien nous laisser accroire) selon une ligne marquée par ce qu’on appelle une “devise” ou “légende”, avant d’être remis aux destinataires : la possibilité de rapprocher ultérieurement les parties du chirographe est censée apporter la garantie que recherchent les partenaires de l’acte. L’histoire du chirographe médiéval commence au IXe siècle en Angleterre, en Europe continentale au siècle suivant – dès la fin des années 920 en Lotharingie. C’est au cours du XIe siècle que la pratique chirographaire s’affirme et se diffuse, dans des formes d’une étonnante diversité – attestant ce faisant la grande inventivité diplomatique de cette période – avant de connaître au siècle suivant une sorte d’âge d’or” (“Avant propos”, dans Laurent MORELLE, Chantal SENSÉBY (dir.), Une mémoire partagée: recherches sur les chirographes en milieu ecclésiastique (France et Lotharingie, Xe-mi XIIIe siècle), Genève, Droz, 2019, p. VII-XII, aux p. VII-VIII).

Les vénérables manuels de diplomatiques proposaient déjà des définitions de cette catégorie documentaire : voir ainsi Arthur GIRY, Manuel de diplomatique : diplômes et chartes, chronologie technique, éléments critiques et parties constitutives de la teneur des chartes, les chancelleries, les actes privés, Paris, Hachette, 1894 (réimp. Genève, Slatkine Reprints, 1975), p. 510-513 ; Oswald REDLICH, Die Privaturkunden des Mittelalters, Munich-Berlin, R. Oldenbourg, 1911 (réimp. Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1967), p. 97-101 et p. 184-186 ; Harry BRESLAU, Handbuch der Urkundenlehre für Deutschland und Italien, Leipzig, Veit/W. de Gruyter, 1912-1931 (2e éd.), t. I, p. 669-677 ; ou encore Alain de BOÜARD, Manuel de diplomatique française et pontificale, t. I : Diplomatique générale, Paris, Picard, 1929, p. 365-368 et t. II : L’acte privé, Paris, Picard, 1948, p. 236-248.

Voir enfin Paul BERTRAND, Les écritures ordinaires : sociologie d’un temps de révolution documentaire (1250-1350), Paris, Pub. de la Sorbonne, 2015, p. 12 (voir aussi ibid. des exemples p. 296, p. 303-304 et p. 324) ; Michael T. CLANCHY, From Memory to Written Record : England, 1066-1307, Malden-Oxford, Blackwell Pub., 1993 (2e éd.), p. 68-69 et p. 87-88 ; ou encore Vocabulaire historique du Moyen Âge (Occident, Byzance, Islam), dir. François-Olivier TOUATI, Paris, La boutique de l’Histoire, 2007 (4e éd. augmentée), p. 69-71, à l’entrée “Charte partie”.

Bibliographie

La bibliographie qui suit se veut la plus complète possible, mais ne prétend pas être exhaustive.

ARNAS I JUAN Maria Josepa, “Las cartas partidas por A, B, C de Jaime I como rex Aragonum, comes Barchinone et dominus Montispesulani”, dans Jaime I y su época : [Comunicaciones] 3, 4 y 5, economia y sociedad, mundo cultural, historiografia y fuentes, X Congreso de historia de la Corona de Aragon, Zaragoza, Institucion Fernando el Catolico, 1982, p. 363-375.

AZEVEDO SANTOS Maria José, “Cartas partidas : breves notas”, dans Estudios en memoria del Profesor Dr. Carlos Saez : homenaje, dir. Maria del Val GONZALEZ DE LA PENA, Alcala de Henares, Universidad de Alcala, Servicio de Pub., 2007, p. 125-136.

BEDOS-REZAK Brigitte, “Cutting Edge. The Economy of Mediality in Twelfth-Century Chirographic Writing”, dans Modelle des Medialen im Mittelalter, éd. Christian KIENING et Martina STERCKEN, Das Mittelalter. Perspektiven mediävistischer Forschung, t. XV-2, 2010, p. 134-161.

BEREWINKEL Barbara, Bischöfliche Chirographe aus Laon und benachbarten Diozesen, thèse de doctorat, Bonn, Friedrich-Wilhelms-Universität, 1994.

BEREWINKEL Barbara, “Chirographe des 13. Jahrhunderts aus dem Zisterzienserkloster Altenberg”, dans Graphische Symbole in mittelalterlichen Urkunden. Beiträge zur diplomatischen Semiotik, éd. Peter RÜCK, Sigmaringen, J. Thorbecke, 1996, p. 551-558.

BERTRAND Paul (avec Émilie MINEO), “À quoi servent les chirographes ?”, L’Histoire, n° 455, janvier 2019, p. 72-77.

BERTRAND Paul, MINEO Émilie, RIVIÈRE Mathilde, “Le chirographe : un art du contrat au Moyen Âge », dans Révolution de l’écrit : essor et développement de la culture écrite (XIIe et XVe siècles), Bouvignes-Dinant, Maison du patrimoine médiéval wallon (Cahiers de la MPMM, no 16), 2022, p. 88-101 ; lire en ligne : https://cahiersdelampmm.be/wp-content/uploads/2022/03/CahierMPMM_2022_Ecrit_VF_LIGHT.pdf.

BISCHOFF Bernhard, “Zur Frühgeschichte des mittelalterlichen Chirographum”, Archivalische Zeitschrift, t. 50-51, 1955, p. 297-300, reproduit dans ID., Mittelalterliche Studien. Ausgew¨ahlte Studien zur Schriftkunde und Literaturgeschichte, t. I, Stuttgart, A. Hiersemann, 1966, p. 118-121.

BRUNNER Thomas, Douai : une ville dans la révolution de l’écrit du XIIIe siècle, thèse de doctorat en histoire, dirigée par Benoît-Michel Tock, Université de Strasbourg, 2014, p. 536-566 et Annexe A. 2, p. 19-22.

BRUNNER Thomas, MINEO Émilie, NIEUS Jean-François et VERROKEN Bart, “L’apparition du chirographe échevinal dans le nord de la France. Autour du plus ancien original tournaisien conservé (1218)”, Bulletin de la Commission royale d’Histoire, t. 188, 2022, p. 55-109.

BRUNNER Thomas et MINEO Émilie, “Les devises des chirographes échevinaux de Tournai et de Douai au XIIIe siècle : formes, usages et fonctions”, Archiv für Diplomatik, t. 68-1, 2022, p. 75-152.

BUREAU Pierre, Couper le corps du Christ en deux : sens et fonctions symboliques d’un chirographe figuré du XIIe siècle, Paris, Le Léopard d’or, 2012.

CARBONETTI VENDITTELLI Cristina, “Duas cartas unius tenoris per alphabetum divisas scripsi. Contributo a una geografica delle pratiche documentarie nell’Italia dei secoli XII e XIII”, Scrineum rivista, t. 10, 2013, p. 215-258 ; lire en ligne : https://oajournals.fupress.net/index.php/scrineum/article/view/8815/8813.

CHASSEL Jean-Luc, “Chirographes, sceaux et notaires. Remarques sur l’usage des formes mixtes dans les actes des XIIe et XIIIe siècles”, dans Marques d’authenticité et sigillographie : recueil d’articles publiés en hommage à René Laurent, éd. Claude de MOREAU DE GERBEHAYE et André VANRIE, Bruxelles, Archives et bibliothèques de Belgique, 2006, p. 59-66.

GALENDE DIAZ Juan Carlos, “Un sistema de validacion documental de la Quirografia a las cartas partidas”, Espacio, Tiempo y Forma, Ser. III, H.a Medieval, t. IX, 1996, p. 347-381 ; lire en ligne : http://e-spacio.uned.es/fez/eserv.php?pid=bibliuned:ETF3506BF7B-4C32-DEDA-531F-546365A1D5C6&dsID=Documento.pdf

GOETTING Hans, “Das Hilwartshäuser Chirograph von 1004”, Archiv für Diplomatik, t. 25, 1979, p. 37-58.

GROSS Katharina A., Visualisierte Gegenseitigkeit. Prekarien und Teilurkunden in Lotharingien im 10. Und 11. Jahrundert (Trier, Metz, Toul, Verdun, Lüttich), Wiesbaden, X (MGH, Schriften, 69), 2014.

GROSS Katharina A., “La représentation des chirographes dans les cartulaires lotharingiens”, dans Originaux et cartulaires dans la Lorraine médiévale (XIIe-XVIe siècles) : recueil d’études, dir. Jean-Baptiste RENAULT, Turnhout, Brepols, 2016, p. 163-174.

GROSSI Ada, “Borsa o chirografo ? Le diverse tradizioni del Libro di Tobia nella ricerca delle origini del documento bipertito”, Studi medievali, t. 44, 2003, p. 755-794 ; téléchargeable en ligne sur : http://www.scrineum.it/scrineum/biblioteca/scaffale-fm.html.

HAMEL Sébastien, LUSIGNAN Serge, “Chirographes et compétences linguistiques des clercs des villes francophones du Nord”, dans Le scribe d’archives dans l’Occident médiéval : formations, carrières, réseaux, dir. Xavier HERMAND, Jean-François NIEUS et Étienne RENARD, Turnhout, Brepols, 2019, p. 425-440.

HEMPTINNE Thérèse de et HOWELL Martha, “The lettres de foire of Ypres (second half XIIIth century). Windows into the commercial culture of a late medieval industrial giant”, dans Les documents du commerce et les marchands entre Moyen Âge et époque moderne (XIIe-XVIIe siècle), dir. Cristina MANTEGNA et Olivier PONCET, Rome, Pub. de l’École française de Rome, 2018, p. 132-152 ; lire en ligne : https://books.openedition.org/efr/37835?lang=fr [les 7000 lettres de foire yproises, presque totalement détruites durant la Première guerre mondiale, étaient toutes des chirographes].

IRWIN Dean A., “From Chirograph to Roll : The Records of Thirteenth-Century Anglo-Jewish Moneylending”, dans Accounts and Accountability in Late Medieval Europe : Records, Procedures, and Social-political Impact, éd. I. EPURSECU-PASCOVICI, Turnhout, Brepols, 2020, p. 251-272 ; télécharger en ligne sur : https://www.brepolsonline.net/doi/pdf/10.1484/M.USML-EB.5.120746?download=true.

JACOB Robert, “Du chirographe à l’acte notarié : l’instrument de la paix privée dans les villes du Nord, du XIIIe au XIVe siècle”, Le Gnomon. Revue internationale d’histoire du notariat, n° 95-96, novembre-décembre 1994, p. 17-26.

LEFORT Émile, “Une charte-partie de 996”, Bibliothèque de l’École des chartes, t. 100, 1939, p. 410-413 ; lire en ligne : https://www.persee.fr/doc/bec_0373-6237_1939_num_100_1_464597.

LEPAGE Henri, “Sur des cyrographes conservés aux Archives de la Meurthe”, Journal de la Société d’archéologie et du comité du Musée lorrain, t. 21, 1872, p. 165-187 ; lire en ligne : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k55570r.texteImage.

LOWE Kathryn A., “Lay Literacy in Anglo-Saxon England and the Development of the Chirograph”, dans Anglo-Saxon manuscripts and their heritage, éd. Phillip PULSIANO et Eliane M. TREHARNE, Aldershot, Ashgate, 1998, p. 161-204.

MARTIN LOPEZ Maria Encarnacion, “La carta partida como forma de validacion”, Estudis Castellonencs, t. 6, 1994-1995, p. 839-855 ; téléchargeable en ligne sur : https://dialnet.unirioja.es/servlet/articulo?codigo=156895.

MESTDAG Sophie, 511 chirographes tournaisiens de 1314 à 1320 : contribution à l’étude des papiers de crédit au Moyen Âge, mémoire de licence de l’Université catholique de Louvain, 1979-1980.

MORELLE Laurent, SENSÉBY Chantal (dir.), Une mémoire partagée: recherches sur les chirographes en milieu ecclésiastique (France et Lotharingie, Xe-mi XIIIe siècle), Genève, Droz, 2019, 566 p. L’ouvrage contient les articles suivants :

  • MORELLE Laurent, “Chirographum et chirographe : le mot et les choses”, p. 3-28 ;
  • VULLIEZ Charles, “Ars dictaminis “ligérienne” et chirographes”, p. 29-42 ;
  • SENSÉBY Chantal, “Les devises de chirographe. Analyse de leurs libellés et de leurs positions sur le parchemin (espace français, début XIe-mi XIIIe siècle)”, p. 43-135 ;
  • SENSÉBY Chantal, “Les chirographes ligériens. Diffusion, pratique et usages”, p. 137-210 ;
  • FLAMMARION Hubert, “Remarques sur les chirographes entre Aube et Sarre du XIe au XIIIe siècle”, p. 211-237 ;
  • HELIAS-BARON Marlène, “Les chirographes dans les fonds des abbayes cisterciennes de La Ferté, Pontigny, Clairvaux et Morimond (XIIe siècle)”, p. 239-260 ;
  • STUTZMANN Dominique, “L’acte et son double : genèse des chirographes, originaux multiples et actes de même dispositif à l’abbaye cistercienne de Fontenay (v. 1150-1213)”, p. 261-291 ;
  • KUMAOKA Soline, “Les chirographes poitevins antérieurs à 1201 conservés en original. Catalogue provisoire”, p. 293-364 ;
  • KUMAOKA Soline, “Le plus ancien chirographe du Poitou”, p. 367-382 ;
  • MORELLE Laurent, “Le premier diplôme royal français en forme de chirographe. Acte du roi Henri Ier en faveur des chanoines de Saint-Geneviève de Paris”, p. 383-396 ;
  • GROSS Katharina, “Un chirographe à la mode lotharingienne. Acte d’Égilbert, archevêque de Trêves, pour Guillaume, comte de Luxembourg”, p. 397-407 ;
  • LAMY Claire, “Trois parchemins… Un seul chirographes ? Accord entre l’abbaye de Marmoutier et l’abbaye Saint-Nicolas d’Angers”, p. 409-422 ;
  • SENSÉBY Chantal, “Du chirographe inachevé au chirographe promulgué. Charte de fondation de l’abbaye de Gâtines”, p. 423-453 ;
  • BÉDAGUE Jean-Charles, “Si proches et pourtant si différents… Enquête croisée sur deux chirographes audomarois de mai 1166”, p. 455-480 ;
  • HELIAS-BARON Marlène, “Un chirographe de l’abbaye cistercienne de Morimond (1168)”, p. 481-494 ;
  • MORELLE Laurent et BUREAU Pierre, “Une devise figurée sans pareille pour un acte bien ordinaire. Le chirographe passé entre le comte Mathieu de Beaumont et les moines de Saint-Martin de Pontoise”, p. 495-516.

NÉLIS Hubert, “Le Chirographe en Flandre, en Brabant et aux Pays-Bas du XIVe au XVIIe siècle”, Annales de l’Académie royale d’archéologie de Belgique, LXXVII (7e sér., t. VII), 1930, p. 379-393 ; lire en ligne : https://www.acad.be/sites/default/files/downloads/annales_1930_vol_77.pdf.

PARISSE Michel, “Remarques sur les chirographes et les chartes-parties antérieurs à 1120 et conservés en France”, Archiv für Diplomatik, t. 32, 1986, p. 546-568.

PERIS VICENT Mireia, “Signos quirograficos de validacion en la documentacion del monasterio de Santa Maria de Bujedo de Juarros : aportacion para el estudio de las cartas partidas”, dans Soportes, imagenes y visiones : estudios multidisciplinares del mundo hispanico, éd. Ana Beatriz HIDALGO SALAMANCA, Pablo LOPEZ, Ana Cristina RODRIGUEZ GUERRA, Rafael CEBALLOS ROA et Eduardo FERNANDEZ GARCIA, [Leon], Universidad de Leon, Area de Pub., 2021, p. 33-46.

PHILIPPE André, “Les chartes-parties des archives départementales des Vosges”, Bulletin philologique et historique du comité des travaux historiques et scientifiques, 1921, p. 153-209 ; lire en ligne : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5774802f/f191.item.

PLATELLE Henri, “Chirographes de Tournai retrouvés dans un fonds de la Bibliothèque de Valenciennes”, Revue du Nord, n° 174, 1962, p. 191-200 ; lire en ligne : https://www.persee.fr/doc/rnord_0035-2624_1962_num_44_174_2419.

POWER Daniel, “En quête de sécurité juridique dans la Normandie angevine : concorde finale et inscription au rouleau”, Bibliothèque de l’École des chartes, t. 168-2, 2010, p. 327-371 ; lire en ligne : https://www.persee.fr/doc/bec_0373-6237_2010_num_168_2_464056. [“En Angleterre l’appellation de concorde finale en vint à désigner un type de chirographe particulier qui se constitua sous sa forme bipartite usuelle dans les années 1170, puis sous une forme tripartite plus originale dans les années 1190” (ibid., p. 331)].

RUELLE Pierre, “Trente-et-un chirographes tournaisiens (1282-1366)”, Bulletin de la Commission royale d’Histoire, t. 128, 1962, p. 1-67 ; lire en ligne : https://www.persee.fr/doc/bcrh_0001-415x_1962_num_128_1_1459.

SAYERS Jane E., “The Land of Chirograph, Writ and Seal : the Absence of Graphic Symbols in English Documents”, dans Graphische Symbole in mittelalterlichen Urkunden. Beiträge zur diplomatischen Semiotik, éd. Peter RÜCK, Sigmaringen, J. Thorbecke, 1996, p. 533-548.

SIMON Jules, “Les testaments chirographés de Nivelles”, Bulletin de la Commission royale des anciennes lois et ordonnances de Belgique, t. XV, fasc. IV, 1947, p. 233-307 ; lire en ligne : https://bib.kuleuven.be/rbib/collectie/archieven/kcowvhand/15-04-1947.pdf.

SOLENTE Suzanne, “Une charte-partie de 1107 dans un manuscrit de Saint-Amand”, Bibliothèque de l’École des chartes, t. 94, 1933, p. 213-217 ; lire en ligne : https://www.persee.fr/doc/bec_0373-6237_1933_num_94_1_449013.

STRUBBE Egied Idesbald, “Un chirographe d’Ypres de 1253 conservé et inédit”, Revue belge de philologie et d’histoire, t. 13, 3-4, 1934, p. 763-766 ; lire en ligne : https://www.persee.fr/doc/rbph_0035-0818_1934_num_13_3_1486.

TRUSEN Winfried, “Chirographum und Teilurkunde im Mittelalter”, Archivalische Zeitschrift, vol. 75, 1979, p. 233-249.

VALÉRIOLA Sébastien de, “Le corpus des chirographes yprois, témoin essentiel d’un réseau de crédit du XIIIe siècle”, Bulletin de la Commission Royale, vol. 185, 2019, p. 5-74 ; lire en ligne : https://www.persee.fr/doc/bcrh_0001-415x_2019_num_185_1_4382.

VERRIEST Léo, “Un fonds d’archives d’un intérêt exceptionnel, les chirographes de Tournai”, Annales du Cercle archéologique de Mons, t. LVI, 1939, p. 139-194.

VERRIEST Léo, “Les devises des chartes-parties des greffes scabinaux de Tournai “, Bulletin de la Commission Royale d’Histoire, no 75,‎ 1906, p. 7-15 ; lire en ligne : https://www.persee.fr/doc/bcrh_0001-415x_1906_num_75_1_2067.

Sitographie

“Connaissez-vous le chirographe ?”, site Internet des Archives départementales de l’Indre (présentant les deux parties d’un chirographe datable du début du XIIe siècle : https://www.archives36.fr/decouvertes/de-linsolite/connaissez-vous-le-chirographe-.

PANFILI Didier, “La pratique chirographaire et ses usages en Bas-Languedoc (1060-1220)”, conférence enregistrée le 23 avril 2020 dans le cadre du webinaire organisé par le groupe de recherche « H 37 – Histoire et cultures graphiques » (dir. Paul Bertrand, UClouvain) et diffusée sur Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=PGZckxyqMuU

Thomas LACOMME

(note rédigée le 7 février 2024)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search